Notre solution - Les Oies du Cyber

Assurons notre sécurité en cette saison des fêtes

Décembre 2023

À mesure que décembre avance, la saison des fêtes se fait clairement ressentir. Les maisons commencent à scintiller de lumières, créant une atmosphère chaleureuse et festive dans les rues. C’est un moment spécial pour les familles pour se réunir, maintenir des traditions chères et entretenir un esprit de partage.

Cette période, caractérisée par de nombreux achats, entraîne une augmentation substantielle des achats en ligne. Les consommateurs se tournent de plus en plus vers les boutiques en ligne pour leurs achats de fin d’année.

Au-delà de cette ambiance de festivités et de clics sur les boutons ‘Ajouter au panier’, se cache un aspect moins réjouissant de la saison : une menace accrue de risques cyber… Les vendeurs et les acheteurs deviennent des cibles privilégiées pour les cybercriminels attirés par les volumes de transactions élevés et la richesse des données personnelles et financières circulant dans l’écosystème du commerce en ligne. Des escroqueries de phishing sophistiquées aux cyberattaques telles que les attaques par déni de service distribué (DDoS), la gamme de menaces s’étend aussi rapidement que les listes de courses.

🎅👾🎄Risques cyber et festivités

Les prises de contrôle de comptes (ATO: Account Takeovers) émergent comme une menace dominante pendant cette période. Ces attaques se produisent lorsque des cybercriminels obtiennent un accès non autorisé aux comptes d’utilisateurs, souvent grâce à des informations d’identification compromises. Considérons un scénario où des cybercriminels, en utilisant des données provenant de violations précédentes, testent des milliers de combinaisons de noms d’utilisateur et de mots de passe sur des sites de vente au détail. S’ils obtiennent un accès, ils peuvent effectuer des transactions frauduleuses, voler des données sensibles ou même bloquer l’utilisateur légitime. L’impact est double : perte financière pour le consommateur et dommages à la réputation du détaillant.

Le processus d’une attaque ATO commence généralement par les attaques en masse avec des informations d’identification. Dans cette technique, les attaquants utilisent des outils automatisés pour tester des combinaisons de noms d’utilisateur et de mots de passe volés sur différents sites web. Étant donné la pratique courante de réutilisation des identifiants de connexion, ces tentatives sont souvent couronnées de succès. Une fois l’accès obtenu, les attaquants peuvent exploiter ces comptes de diverses manières.

Une utilisation courante de l’ATO est l’achat frauduleux. Les cybercriminels utilisent les informations de paiement stockées dans ces comptes pour acheter des biens, souvent en vue de les revendre ultérieurement. Une autre activité malveillante consiste à extraire des informations personnelles sensibles, qui peuvent être utilisées pour réaliser une usurpation d’identité ou revendues sur le dark web.

Les attaques ATO permettent également aux cybercriminels d’exploiter les programmes de fidélité et les soldes de cartes-cadeaux associés aux comptes. Ils peuvent échanger des points ou des fonds à leur propre usage ou les transférer vers d’autres comptes.

Le “Digital Skimming” occupe également une place centrale parmi les risques de cybersécurité de cette période de fêtes. Imaginez un acheteur en ligne entrant ses coordonnées de carte de crédit sur un site web, ignorant qu’un cybercriminel a injecté un code d’aspiration dans la page web. Ce code capture discrètement les coordonnées de la carte de l’acheteur, entraînant un risque de fraude financière. La nature insidieuse du “Digital Skimming” réside dans sa capacité à rester indétectée pendant de longues périodes, permettant d’aspirer d’énormes quantités de données.

Le “Digital Skimming” cible principalement le côté client des sites web de vente en ligne. Dans ces attaques, les cybercriminels injectent un code malveillant, souvent du JavaScript, dans les pages web où les clients saisissent des informations sensibles, telles que des moyens de paiement lors du paiement. Ce code fonctionne de manière discrète, capturant les numéros de carte de crédit, les CVV, les dates d’expiration, voire les informations de connexion au fur et à mesure de leur saisie par les clients. Le fonctionnement du “Digital Skimming” est techniquement sophistiqué. Les attaquants peuvent exploiter des vulnérabilités dans le code du site web ou dans des scripts tiers (comme ceux utilisés pour la publicité ou les chatbots de service client) pour injecter le code d’aspiration. Une fois injecté, le code peut rester indétecté pendant de longues périodes, lui permettant de collecter des données provenant de milliers de transactions.

L’impact du “Digital Skimming” sur le commerce en ligne est multiple. Il y a l’impact financier direct sur les consommateurs, qui peuvent constater que leurs coordonnées de carte de paiement sont utilisées pour des transactions non autorisées. Il y a également une importante perte de confiance entre les consommateurs et les sites touchés. De telles violations peuvent entraîner une perte de fidélité des clients et une réputation dégradée pour le détaillant, ce qui peut être très coûteux à long terme. Les données collectées peuvent être vendues sur le Dark Web, offrant ainsi une source de revenus supplémentaire pour les cybercriminels. Les détaillants doivent non seulement faire face aux répercussions immédiates de la violation, mais aussi aux éventuelles conséquences légales et réglementaires, notamment en cas de non-conformité aux normes de protection des données telles que le RGPD ou la norme PCI DSS (Payment Card Industry Data Security Standard).

La nature furtive du “Digital Skimming” la rend particulièrement difficile à détecter et à prévenir. Les mesures de sécurité traditionnelles telles que les pare-feu et les certificats SSL ne protègent pas contre ces attaques, car le code d’aspiration s’exécute directement dans le navigateur de l’utilisateur. Par conséquent, les analyses régulières des sites web, la surveillance des modifications de script non autorisées et la mise en place de mesures de sécurité robustes des endpoints sont essentielles pour lutter contre cette menace.

Les campagnes d‘Ingénierie Sociale, de Phishing représentent des menaces sophistiquées dans le contexte du commerce électronique, de plus en plus utilisées pour contourner les mesures de sécurité et obtenir un accès non autorisé à des informations sensibles.

L’Ingénierie Sociale adopte une approche plus directe, où les attaquants manipulent les individus pour qu’ils divulguent des informations confidentielles ou qu’ils effectuent certaines actions compromettant la sécurité. Cela peut être fait par divers moyens, comme le prétexte, où l’attaquant crée un scénario fabriqué pour obtenir des informations.

Les campagnes de Phishing consistent à envoyer des communications frauduleuses, généralement des courriels, qui semblent provenir de sources légitimes. Dans le contexte du commerce électronique, ces courriels peuvent imiter le style et la marque de détaillants ou d’institutions financières bien connus. Ils exhortent souvent les destinataires à prendre des mesures immédiates, telles que cliquer sur un lien ou ouvrir une pièce jointe, sous prétexte d’urgence, comme un problème avec un compte ou une offre attrayante. Une fois que le destinataire obéit, il est généralement redirigé vers un site web frauduleux qui ressemble étroitement à un site légitime, où il est trompé pour saisir des informations sensibles, telles que des informations de connexion ou des détails de carte de crédit.

Les Logiciels Malveillants (Malware), une autre menace prévalente, se présentent souvent sous la forme de liens de réduction de prix de vacances en apparence inoffensive ou de pièces jointes à des courriels. Une fois cliqués, les logiciels malveillants peuvent infiltrer le système de l’utilisateur, entraînant des violations de données ou des compromis du système.

Malware, ou logiciel malveillant, est un terme large englobant divers types de logiciels nuisibles conçus pour infiltrer, endommager ou désactiver des ordinateurs et des systèmes informatiques. Dans le contexte du commerce électronique, les logiciels malveillants peuvent être particulièrement dévastateurs en raison de leur potentiel de perturbation des opérations, de vol de données sensibles et de compromission de la confiance des clients.

Une forme de logiciel malveillant est le Rançongiciel (Ransomware). Le Rançongiciel crypte les données d’une victime, les rendant inaccessibles, et demande une rançon pour obtenir la clé de déchiffrement. Pour un détaillant en ligne, une attaque par rançongiciel peut signifier la perte de données critiques, telles que les informations clients, les enregistrements de transactions et les bases de données d’inventaire. Le dilemme entre payer la rançon ou perdre des données précieuses place le détaillant dans une situation délicate, avec des risques opérationnels et de réputation importants.

Une autre forme de logiciel malveillant couramment utilisée contre les plateformes de commerce électronique est le Logiciel Espion (Spyware). Les Logiciels Espions collectent discrètement des informations à partir de l’ordinateur d’un utilisateur, notamment les frappes au clavier, les habitudes de navigation et les informations de connexion. Ces informations peuvent être utilisées à diverses fins malveillantes, notamment le vol d’identité, la fraude financière et l’accès non autorisé à des informations commerciales sensibles.

Les Chevaux de Troie (Trojans), déguisés en logiciels légitimes, représentent une autre menace de logiciels malveillants. Une fois installés, ils peuvent créer des portes dérobées dans les systèmes de sécurité, permettant aux attaquants d’accéder au réseau d’un détaillant. Cela peut entraîner des violations de données, le vol de propriété intellectuelle et l’insertion de logiciels malveillants ou de contenu nuisible.

L’augmentation de l’utilisation de bots sophistiqués aggrave la situation. Ces bots sont programmés pour effectuer diverses activités malveillantes, de l’achat de produits à forte demande pour la revente à des prix exorbitants à l’automatisation des tentatives de prise de contrôle de compte. Leur nature avancée leur permet de reproduire un comportement humain, rendant leur détection difficile.

L’augmentation des attaques de bots dans le contexte du commerce électronique est une préoccupation croissante pour les détaillants. Ces bots, essentiellement des programmes logiciels automatisés, sont déployés pour diverses activités malveillantes qui peuvent avoir un impact grave sur les opérations de vente en ligne.

Les “bad bots” sont conçus pour effectuer des tâches à une échelle et à une vitesse inaccessibles aux humains. Un type courant est le « bot de raclage » (scrapper bot), qui accède systématiquement aux pages web pour collecter des données telles que les prix, les descriptions de produits et les niveaux de stock. Ces informations peuvent être utilisées par des concurrents pour proposer des prix plus bas ou pour créer de fausses annonces sur d’autres plates-formes. Bien qu’ils ne volent pas directement de données ou de fonds, les bots de raclage peuvent éroder les avantages concurrentiels et entraîner des pertes de revenus.

Une autre activité de bot importante est l’utilisation de bots d’achat. Ces bots peuvent acheter de grandes quantités d’articles en stock limité, tels que des billets de concert, des produits en édition limitée ou lors de ventes flash, pour les revendre à des prix supérieurs. Cela prive non seulement les clients authentiques de la possibilité d’acheter ces produits, mais peut également nuire à la réputation et à la fidélité des clients du détaillant.

La rétention d’inventaire (inventory hoarding) est une autre tactique, où les bots ajoutent des articles au panier sans finaliser l’achat, rendant ainsi ces articles indisponibles pour de vrais clients. Cela peut entraîner des pénuries de stocks perçues, frustrant les clients et les poussant éventuellement vers la concurrence. La prise de contrôle de compte est une utilisation plus sinistre des bots, où des tentatives automatisées sont faites pour accéder aux comptes des clients. En utilisant des informations d’identification obtenues à partir de violations de données, les bots tentent de se connecter à divers comptes, espérant trouver des correspondances. Les prises de contrôle de compte réussies peuvent entraîner des achats non autorisés, le vol de données personnelles ou même la vente d’accès à ces comptes.

Les bots peuvent également fausser les analyses de site, ce qui rend difficile pour les détaillants de comprendre le comportement et les préférences réels des clients. Cela peut entraîner des décisions commerciales erronées basées sur des données inexactes.

L’impact des attaques de bots sur les sites de vente au détail est considérable. Ils peuvent dégrader les performances du site web, compromettre l’expérience client et entraîner des pertes financières directes. La sophistication de ces bots évolue continuellement, avec des versions plus récentes capables de reproduire le comportement humain pour échapper à la détection.

Les attaques par Déni de Service Distribué (DDoS) posent une menace significative. Imaginez un détaillant en ligne lors des soldes du Black Friday subissant des blocages de son site en raison d’une inondation massive de trafic malveillant orchestrée par des attaquants. Cela perturbe non seulement les ventes, mais érode également la confiance des clients, un élément majeur pour toute entreprise en ligne.

Les attaques par Déni de Service Distribué (DDoS) sont une menace répandue dans le secteur de la vente au détail, particulièrement préoccupante en raison de leur capacité à paralyser les services en ligne. Dans une attaque DDoS, un site web ou un service en ligne est bombardé par un volume de trafic énorme, généralement orchestré à travers un réseau d’appareils compromis, appelé un botnet. Cette avalanche de demandes dépasse la capacité du serveur, provoquant des ralentissements ou un arrêt complet.

L’impact des attaques DDoS dans le secteur de la vente au détail est particulièrement critique pendant les périodes de shopping intensif comme les saisons des fêtes ou les événements de vente majeurs. Un site de vente au détail rendu inaccessible en raison d’une attaque DDoS produit directement une perte de ventes. Même de courtes périodes d’indisponibilité entraînent des pertes financières substantielles. Au-delà de l’impact financier immédiat, le mécontentement des clients est un réel problème. La frustration qui en résulte peut éroder la confiance et la fidélité, les poussant vers la concurrence.

La réputation du détaillant en souffre énormément. Des attaques DDoS récurrentes ou prolongées créent une perception du détaillant comme peu fiable, impactant l’image de sa marque à long terme. Les composants opérationnels du détaillant en pâtissent également. Les centres de support client peuvent être submergés par des demandes et des plaintes, tandis que les services informatiques luttent pour atténuer l’attaque et rétablir les services normaux.

En réponse à ces menaces, les détaillants sont contraints d’investir dans des mesures de sécurité renforcées et des améliorations de l’infrastructure, notamment des services de protection DDoS, une bande passante accrue et des outils de surveillance avancés. Ces mises à niveau nécessaires entraînent des coûts et des ressources supplémentaires.

🎅👾🎄Comment l’IA est-elle à double tranchant dans la cybersécurité pendant les fêtes ?

Dans le contexte des risques cyber de la saison des fêtes, l’avènement de l’Intelligence Artificielle (IA) présente une épée à double tranchant. Si l’IA a révolutionné de nombreux aspects de la cybersécurité, offrant des solutions avancées pour la détection et la réponse aux menaces, elle ouvre également de nouvelles voies que les cybercriminels peuvent exploiter.

Les pirates utilisent de plus en plus l’IA pour orchestrer des attaques plus sophistiquées. Les algorithmes d’IA peuvent être déployés pour automatiser le processus de recherche de vulnérabilités dans les logiciels et les systèmes, facilitant ainsi l’identification et l’exploitation des faiblesses à un rythme beaucoup plus rapide qu’auparavant. Par exemple, l’IA peut analyser de vastes quantités de données, qui peuvent être utilisées pour créer des e-mails de phishing personnalisés qui sont plus convaincants et plus difficiles à détecter.

L’IA peut être utilisée pour automatiser la création et la modification de logiciels malveillants, les rendant plus adaptatifs et résilients. Ces logiciels malveillants générés par l’IA peuvent évoluer en permanence, ce qui rend difficile leur détection et leur traitement par les outils de sécurité traditionnels. Dans l’espace du commerce électronique pendant la saison des fêtes, cela signifie que les détaillants sont confrontés à des menaces plus complexes et persistantes, allant des schémas de phishing avancés aux bots alimentés par l’IA qui peuvent contourner les CAPTCHA et imiter le comportement humain de manière convaincante.

L’IA peut améliorer l’efficacité des attaques d’ingénierie sociale. En analysant les données des réseaux sociaux et d’autres sources, les algorithmes d’IA peuvent générer des messages hautement personnalisés et trompeurs qui peuvent tromper les utilisateurs pour qu’ils révèlent des informations sensibles ou qu’ils effectuent des actions compromettant la sécurité.

L’IA peut être utilisée dans les attaques par Déni de Service Distribué (DDoS), où elle peut optimiser les stratégies d’attaque en temps réel, s’adaptant aux mesures défensives prises par la cible et trouvant de nouvelles façons de submerger le système.

🎅👾🎄Pourquoi le commerce électronique est-il une cible de grande valeur ?

La vulnérabilité de l’industrie du commerce électronique aux cyberattaques découle son traitement de grandes masses de données personnelles et financières. Les plateformes de vente en ligne stockent d’énormes quantités d’informations sensibles, ce qui en fait des cibles attrayantes pour le vol d’identité et la fraude financière. Ces données, lorsqu’elles sont volées, peuvent être revendues sur le dark web.

Le volume élevé de transactions, en particulier pendant les périodes de pointe, attise l’intérêt des cybercriminels. Le nombre de transactions élevé rend plus difficile la détection d’activités frauduleuses et offre un plus grand nombre de victimes potentielles.

Un autre facteur est la complexité et l’interconnectivité des systèmes de commerce électronique. Ces plateformes s’intègrent souvent à de nombreux services tiers, chacun pouvant introduire des vulnérabilités de sécurité. Les cybercriminels exploitent tout maillon faible pour obtenir un accès non autorisé aux données des clients et aux systèmes internes.

La croissance rapide et l’évolution constante du commerce électronique peuvent parfois entraîner un retard des mesures de sécurité par rapport aux nouvelles fonctions et services. Dans la précipitation pour améliorer l’expérience client et rester compétitif, de nouvelles fonctions sont souvent ajoutées sans se préoccuper vraiment de leur sécurité, ouvrant de nouvelles voies aux cyberattaques.

Du point de vue d’un cybercriminel, les gains financiers issus des attaques contre les sites de commerce électronique sont substantiels. Outre le vol direct d’informations financières, le potentiel d’attaques par ransomware présente une autre opportunité lucrative. Dans de telles attaques, les cybercriminels peuvent exiger d’importants rançons en bloquant les opérations vitales du commerce électronique ou en menaçant de divulguer des données sensibles. La combinaison de données de grande valeur, de volumes élevés de transactions, de systèmes interconnectés et complexes, ainsi que les lacunes occasionnelles dans les mesures de sécurité, font de l’industrie du commerce électronique une cible particulièrement vulnérable et lucrative pour les menaces cybernétiques sophistiquées.

🎅👾🎄La menace croissante des attaques contre les API

Les API (Interfaces de Programmation d’Applications) jouent un rôle important, en permettant des interactions fluides entre différents composants logiciels, services et plateformes. Cependant, la dépendance croissante aux API introduit également des vulnérabilités de sécurité significatives, en faisant ainsi une cible croissante pour les cyberattaques.

Les API sont importantes pour un éventail de fonctions dans les plates-formes de commerce électronique, de la gestion des paiements et du traitement des commandes à l’intégration avec les systèmes de gestion de la relation client (CRM) et les services tiers. Bien qu’elles améliorent la fonctionnalité et l’expérience utilisateur, les API présentent également une surface d’attaque élargie pour les cybercriminels.

Les attaques contre les API exploitent souvent des vulnérabilités dans la manière dont les API sont mises en œuvre et gérées. Un type courant d’attaque est l’attaque par injection, où les attaquants envoient des données malveillantes à une API, dans l’intention d’exécuter des commandes non autorisées ou d’accéder à des données. Étant donné que les API gèrent généralement des données sensibles, telles que les informations personnelles des clients et les détails de paiement, les attaques par injection réussies peuvent entraîner d’importantes violations de données.

Une autre attaque API courante est l’attaque BOLA(Broken Object Level Authorization). Dans ce scénario, les attaquants manipulent l’API pour accéder à des données non autorisées en exploitant des failles dans les vérifications d’autorisation au niveau de l’objet. Ce type d’attaque peut exposer des données sensibles, y compris des enregistrements d’utilisateurs et des informations essentielles pour l’entreprise.

Les API sont également vulnérables aux attaques de Déni de Service Distribué (DDoS), où les attaquants inondent l’API d’un grand nombre de demandes, surchargeant ainsi le système et provoquant des perturbations de service. Cela affecte non seulement la disponibilité de la plateforme de commerce électronique, mais peut également éroder la confiance et la fidélité des clients.

🎅👾🎄Se préparer pour la saison des achats de vacances

À l’approche de la saison des achats des fêtes, il est impératif pour les commerçants de renforcer leurs mesures de cybersécurité afin de faire face à l’afflux prévu de trafic en ligne et aux défis en matière de sécurité. Ils devraient se concentrer sur des solutions d’infrastructure évolutives pour une gestion efficace du trafic, garantissant la performance et la disponibilité du site web pendant les périodes de pointe. Les services basés sur le cloud et les réseaux de diffusion de contenu sont bénéfiques pour la répartition des charges de trafic.

Il est essentiel de renforcer la sécurité côté client, en particulier sur les pages traitant des données sensibles des clients. Les détaillants doivent prendre des mesures contre les attaques de type Cross-Site Scripting et autres attaques côté client, tout en maintenant à jour les scripts et les plugins tiers pour prévenir les vulnérabilités.

En ce qui concerne la lutte contre les bots, il est important de déployer des outils sophistiqués capables de distinguer les utilisateurs légitimes des bots malveillants. Ces outils devraient bloquer efficacement les bots de collecte de données, les bots qui stockent les stocks et ceux qui tentent de prendre le contrôle de comptes. La mise à jour continue des mécanismes de détection des bots est essentielle pour suivre l’évolution des technologies des bots.

La sécurisation des API est un aspect critique, car elles sont essentielles aux opérations de commerce électronique. Des protocoles d’authentification et d’autorisation solides pour les API, associés à des évaluations régulières des vulnérabilités et à la surveillance des signes d’abus, sont essentiels pour protéger ces interfaces.

L’amélioration de la sécurité des comptes utilisateurs implique d’encourager les clients à utiliser des mots de passe solides et de mettre en place une authentification multi-facteurs. La surveillance des comptes pour détecter les signes d’activités suspectes contribue à la détection précoce des éventuelles prises de contrôle de comptes.

L’éducation des employés aux bonnes pratiques en matière de cybersécurité et à la connaissance des menaces est très importante. Une formation régulière peut réduire considérablement les risques liés aux erreurs humaines.

Il est crucial de s’assurer que toutes les données sensibles, en particulier les informations clients et les enregistrements de transactions, sont chiffrées lors des envois ou du stockage. Des sauvegardes régulières sécurisés réduiront la perte de données en cas de violation. Disposer d’un plan d’intervention en cas d’incident bien développé et régulièrement mis à jour est essentiel pour la gestion efficace de tout incident de cybersécurité. Ce plan devrait détailler les étapes de confinement, d’éradication, de récupération et de communication avec les parties prenantes en cas de violation de sécurité.

🔒🎅🎄🔒 Un appel à la vigilance en cette saison des fêtes

En cette saison des fêtes, unissons nos forces, commerçants et consommateurs, pour renforcer nos défenses contre la vague de menaces cyber. Commerçants, il est temps de renforcer vos défenses numériques, d’accroître la vigilance et de préserver la confiance que vos clients placent en vous. Consommateurs, soyez alertes et informés. Votre information est votre bouclier contre les fraudes et les escroqueries en ligne. Ensemble, construisons un environnement de shopping numérique plus sûr. En adoptant de bonnes pratiques de cybersécurité, nous pouvons tous contribuer à une saison des fêtes sûre, agréable et réussie.

Vos actions comptent : protégez, prévenez et profitez de l’esprit festif en toute confiance !

Les Oies du Cyber vous souhaitent une saison des fêtes joyeuse, sécurisée et protégée !

Demandez à être contacté