Notre solution - Les Oies du Cyber

Le Paradoxe Quantique

Septembre 2023

Dans une salle au décor anonyme remplie de machines bourdonnantes, une équipe d’experts en cybersécurité regardent avec curiosité un ordinateur quantique effectuer des calculs qui prendraient des millénaires à un superordinateur classique. En quelques secondes à peine, cet ordinateur casse le chiffrement protégeant les secrets les mieux gardés d’une nation. Les experts restent sans voix, chacun prenant conscience de l’ampleur de ce qu’ils viennent de voir. Parallèlement, dans un exercice similaire, un autre ordinateur quantique permet à un système de sécurité de détecter une cyber-attaque sophistiquée, l’analyser et neutraliser la menace instantanément. Pour l’équipe d’experts, c’est comme s’ils avaient vu deux futurs opposés, liés par le même fil quantique : l’un détient le potentiel d’une sécurité sans précédent, et l’autre, d’une vulnérabilité inédite.

Cette dichotomie illustre l’essence même de ce qui peut être qualifié de ‘Paradoxe Quantique’ en matière de cybersécurité. D’une part, l’avènement de l’informatique quantique promet des avancées extraordinaires dans le traitement des données, le chiffrement et la détection des menaces, des capacités qui pourraient rendre nos forteresses numériques presque imprenables. D’autre part, ces mêmes capacités quantiques pourraient se transformer en une épée de Damoclès suspendue au-dessus des systèmes sécurisés qui protègent tout, des informations personnelles et des secrets des entreprises à l’infrastructure nationale critique.

💡Le domaine quantique, une introduction simple

Imaginez que vous vous promenez dans un labyrinthe. En informatique classique, c’est comme si vous traversiez le labyrinthe pas à pas, prenant des décisions à chaque bifurcation. Vous pourriez atteindre la fin rapidement, ou vous pourriez devoir faire demi-tour, mais vous êtes fondamentalement contraint de prendre une décision à la fois. Considérez maintenant l’informatique quantique comme ayant la capacité d’explorer tous les chemins du labyrinthe simultanément. L’onde quantique computationnelle peut traverser les murs, explorer chaque virage et résoudre efficacement le labyrinthe en une fraction du temps. Ce n’est pas seulement une analogie poétique, cela capture l’essence même du principe de la superposition quantique, où un bit quantique (communément appelé un qubit) peut exister dans plusieurs états à la fois, contrairement à un bit classique qui est soit un 0, soit un 1.

Les implications pour la cybersécurité sont profondes. La cryptographie classique repose souvent sur la difficulté de certaines tâches, comme la factorisation de grands nombres composites en leurs composantes premières. Ces tâches peuvent prendre un temps démesuré à résoudre pour les ordinateurs classiques, ce qui en fait des barrières efficaces contre les accès non autorisés. Cependant, un ordinateur quantique pourrait effectuer ces tâches de manière exponentiellement plus rapide, rendant obsolètes de nombreuses techniques cryptographiques actuelles.

À l’inverse, les principes de la mécanique quantique permettent également de nouvelles formes de communication sécurisée. Imaginez pouvoir créer des clés cryptographiques qui sont pratiquement inviolables grâce aux principes de l’intrication quantique (« quantum entanglement ») , où les changements apportés à une particule affectent instantanément sa paire intriquée, quelle que soit la distance qui les sépare. La cryptographie quantique pourrait garantir que toute tentative d’interception ou de falsification des données modifierait intrinsèquement les états quantiques impliqués, alertant immédiatement les parties et rendant les informations volées inutiles.

💡Risques et récompenses, le glaive à double tranchant

Risques pour les normes cryptographiques actuelles

Dans les tréfonds de la mécanique quantique se trouvent des algorithmes équivalant à un bouleversement sismique en cryptographie. Des algorithmes tels que Shor’s (Shor’s algorithm est un algorithme quantique révolutionnaire développé par le mathématicien Peter Shor) permettent de factoriser des grands nombres composites de manière exponentiellement plus rapide que les algorithmes les plus optimisés fonctionnant sur des ordinateurs classiques. Les répercussions de cette capacité sur les normes cryptographiques actuelles sont rien de moins que révolutionnaires et, d’un point de vue de la cybersécurité, profondément troublantes.

La plupart des systèmes de chiffrement modernes, tels que RSA (Rivest-Shamir-Adleman : c’est l’un des premiers systèmes de cryptographie à clé publique et il est basé sur le défi mathématique de la factorisation du produit de deux grands nombres premiers) et ECC (Elliptic Curve Cryptography : c’est une approche plus moderne de la cryptographie à clé publique qui utilise la structure algébrique des courbes elliptiques sur des champs finis), tirent leur sécurité de la difficulté de problèmes mathématiques tels que la factorisation des entiers ou la cryptographie sur courbes elliptiques. Ces systèmes de chiffrement sont comparables à des forteresses construites sur la complexité mathématique, apparemment impénétrables face aux béliers de l’informatique classique. Pourtant, dans le domaine quantique, ces forteresses pourraient s’effondrer aussi rapidement qu’un château de sable face à une marée montante.

Mettons cela en perspective. Un ordinateur quantique suffisamment avancé, exécutant l’algorithme de Shor, pourrait, en théorie, briser un chiffrement RSA de 2048 bits en quelques secondes. La nature instantanée de cette éventuelle brèche n’est pas seulement un risque, elle constitue un défi fondamental à l’architecture sous-jacente de la cybersécurité telle que nous la connaissons. Des systèmes entiers, allant des transactions financières sécurisées aux appareils de sécurité nationale, deviendraient soudainement vulnérables.

L’émergence de la cryptographie «Quantum-safe»

Dans l’ombre de ces menaces redoutables, un nouveau domaine émerge avec la promesse de contrebalancer les risques : la cryptographie Quantum-Safe. Contrairement aux méthodes cryptographiques classiques, les algorithmes de cryptographie quantum-safe sont spécifiquement conçus pour être sécurisés face aux capacités redoutables des ordinateurs quantiques. Il ne s’agit pas simplement d’une mise à niveau des systèmes existants, mais plutôt d’un changement de paradigme dans notre approche de la cryptographie.

Les algorithmes quantum-safe utilisent des structures mathématiques que même l’informatique quantique trouve difficiles à résoudre, neutralisant ainsi efficacement ses capacités. Cela inclut les structures de « lattice-based cryptography”, “multivariate polynomial cryptography”, et “code-based cryptography”, entre autres. À mesure que ces technologies arrivent à maturité, elles constitueront le socle sur lequel sera construite une nouvelle ère de la cybersécurité. Elles nous permettront d’exploiter les avantages de l’informatique quantique, tels que l’accélération du traitement des données et la détection avancée des menaces, sans sacrifier l’intégrité des systèmes sécurisés.

L’aube des algorithmes résistants au quantique

En réponse aux menaces existentielles que l’informatique quantique pose à la cryptographie classique, un effort collaboratif mondial a émergé parmi les cryptographes, les chercheurs et les experts en cybersécurité. Leur mission : créer une nouvelle classe d’algorithmes cryptographiques capables de résister aux attaques quantiques. Connus sous le nom d’algorithmes résistants au quantique ou post-quantiques (quantum-resistant or post-quantum algorithms), il ne s’agit pas de simples correctifs ou mises à jour des méthodes cryptographiques existantes, ils représentent une refonte complète des protocoles de chiffrement et de sécurité.

Une avancée remarquable dans ce domaine est la « lattice-based cryptography”. Contrairement aux méthodes basées sur la factorisation, qui peuvent être facilement brisées par les algorithmes quantiques, cette cryptographie repose sur la complexité des problèmes de treillis (lattice), créant une structure multidimensionnelle que même les algorithmes quantiques trouvent difficile à traiter. Cette méthode cryptographique a montré des promesses non seulement pour le chiffrement, mais également pour le calcul multipartite sécurisé et le chiffrement totalement homomorphe, permettant des calculs sécurisés sur des données chiffrées.

Un autre développement significatif est l’évolution de la cryptographie basée sur les fonctions de hachage (hash-based cryptography), qui crée une base sécurisée grâce à l’utilisation de fonctions de hachage (hash functions). Bien que cette méthode ait des limites, telles qu’une durée de vie plus courte pour chaque clé cryptographique, elle est reconnue comme une solution intermédiaire fiable le temps que des algorithmes résistants au quantique plus durables arrivent à maturité.

Ces innovations en matière de cryptographie résistante au quantique ne sont pas simplement des exercices académiques, ce sont des étapes essentielles vers un avenir où l’immense pouvoir de l’informatique quantique peut être exploité à des fins constructives sans mettre en péril la sécurité. À mesure que les organisations commencent à mettre à jour leurs cadres de sécurité avec ces algorithmes avancés, un nouvel équilibre en matière de cybersécurité émergera. Cet équilibre protégera non seulement contre le potentiel perturbateur de l’informatique quantique, mais établira également le terrain pour des formes sans précédent de communication sécurisée et de traitement des données.

💡Applications concrètes : bénédiction ou fléau ?

Opportunités en cybersécurité

L’un des horizons les plus excitants où l’informatique quantique croise la cybersécurité se situe dans le domaine de la détection des menaces. Les systèmes traditionnels de détection des intrusions sont souvent limités par les contraintes de l’informatique classique, en termes de vitesse de traitement des données et de complexité des algorithmes utilisés. Cependant, avec l’informatique quantique, ces systèmes pourraient atteindre des niveaux d’efficacité et de précision jusqu’alors impensables. Par exemple, l’utilisation d’algorithmes d’apprentissage machine quantiques pourrait conduire à des systèmes dynamiques et adaptatifs capables d’identifier de nouveaux types de menaces en temps réel. Imaginez un monde où des systèmes de détection d’intrusion alimentés par l’informatique quantique traitent et analysent d’immenses réseaux de données instantanément, signalant des anomalies qui pourraient signifier des cybermenaces et initiant des contre-mesures avant que des dommages ne se produisent.

Un autre univers amené à se transformer profondément est la réponse aux incidents. Les systèmes actuels, même ceux renforcés par l’apprentissage machine classique, connaissent souvent des temps de latence qui peuvent s’avérer critiques dans des scénarios de crise. L’informatique quantique promet de faire de ces délais un vestige du passé. Compte-tenu de son énorme puissance de traitement, les protocoles de réponse aux incidents pourraient être exécutés à des vitesses sans précédent, permettant une maîtrise et une neutralisation immédiates des cybermenaces. L’informatique quantique nous offrirait la chose la plus proche à ce jour de la cybersécurité en temps réel, réduisant considérablement la fenêtre d’opportunité pour les cybercriminels d’exploiter les vulnérabilités.

La troisième dimension est la cryptographie quantique, en particulier la distribution de clés quantiques (quantum key distribution). Cette forme de chiffrement exploite les principes de la mécanique quantique pour créer des clés cryptographiques presque impossibles à intercepter ou à craquer. En pratique, cela signifierait que même les transmissions de données les plus sensibles, qu’il s’agisse de transactions financières, de communications d’infrastructures critiques ou de secrets d’État confidentiels, seraient rendues pratiquement impénétrables. Cette technologie a déjà commencé à trouver des applications, telles que dans les communications par satellite sécurisées, ouvrant la voie à un avenir où le terme “incraquable” pourrait devenir une réalité.

Écueils en cybersécurité

Commençons par une proposition alarmante : le potentiel des attaques de type “récolter et déchiffrer”(« harvest and decrypt attacks »). Imaginez que des acteurs malveillants commencent à accumuler des données chiffrées dès aujourd’hui, stockant ces informations pour le jour où les ordinateurs quantiques seront capables de casser les normes cryptographiques actuelles. Cette stratégie à long terme pourrait compromettre rétroactivement des données sensibles, créant un scénario où les secrets d’aujourd’hui deviennent la connaissance publique de demain. Pour les institutions qui comptent sur la confidentialité durable de leurs données, des agences de renseignement aux institutions financières, c’est une considération effrayante.

Un autre domaine de préoccupation concerne l’identité numérique et l’authentification (digital identity and authentication). Les méthodes actuelles reposent souvent sur des techniques de chiffrement asymétrique, qui pourraient être cassées par un ordinateur quantique suffisamment avancé. Imaginez un scénario où les certificats d’identité pour les courriers électroniques sécurisés, le stockage de fichiers ou même des systèmes plus sensibles comme les codes de lancement nucléaires, sont rendus nuls et non avenus. Dans un monde de plus en plus dépendant de la vérification de l’identité numérique, les retombées seraient chaotiques et généralisées, conduisant à une rupture de la confiance à plusieurs niveaux de la société et de la gouvernance.

En outre, considérons les systèmes d’infrastructure publique tels que les réseaux électriques ou les réseaux d’approvisionnement en eau qui utilisent des méthodes cryptographiques pour une communication sécurisée entre leurs composants. Un ordinateur quantique, aux mains d’acteurs malveillants, pourrait vraisemblablement casser le chiffrement sécurisant ces systèmes. Les implications ici vont du bouleversement économique à la perte potentielle de vies humaines, soulignant la gravité de la menace.

Un autre risque concerne les technologies de blockchain, qui sous-tendent les cryptomonnaies et diverses applications décentralisées. L’informatique quantique a le potentiel de compromettre l’intégrité cryptographique des blockchains, permettant potentiellement des transactions non autorisées, la modification des archives historiques, ou même la destruction totale de tout un écosystème de blockchain. Pour les industries et institutions misant sur la fiabilité et la sécurité de la technologie de la blockchain, il s’agit d’un risque qui ne peut être ignoré.

Nous discutons souvent du potentiel des ordinateurs quantiques pour casser les algorithmes de chiffrement, mais nous devons également examiner comment ces capacités pourraient affecter diverses formes de stockage sécurisé de données. De nombreux services cloud et bases de données traditionnelles utilisent le chiffrement pour protéger les informations sensibles. Les mêmes algorithmes quantiques qui pourraient briser la blockchain pourraient également rendre les données stockées dans le cloud vulnérables. Pour les entreprises et les gouvernements, c’est un scénario redoutable : des données clients confidentielles, des communications internes et des algorithmes propriétaires pourraient être exposés, entraînant de graves répercussions juridiques et financières.

Un autre domaine important à considérer est le calcul multipartite sécurisé (SMC: Secure Multiparty Computation). Dans des cas d’utilisation tels que la recherche et le développement collaboratifs, les systèmes de vote sécurisés ou l’analyse de données préservant la confidentialité, le SMC permet aux parties de calculer conjointement une fonction sur leurs entrées tout en gardant ces entrées privées. Les méthodes actuelles pour réaliser le SMC pourraient être menacées par les capacités de l’informatique quantique, révélant potentiellement les secrets même que le calcul cherche à protéger.

N’oublions pas non plus l’utilisation de la biométrie pour l’authentification sécurisée. Avec le traitement quantique, les algorithmes pourraient reproduire ou rétro-concevoir plus rapidement et avec plus de précision les données biométriques, posant un risque sérieux à tous les systèmes qui s’appuient sur l’authentification biométrique. À mesure que la société se tourne de plus en plus vers l’utilisation de données biométriques pour l’identification, des smartphones aux points de contrôle de l’immigration, cette vulnérabilité pourrait avoir des implications considérables.

De même, le digital watermarking et la stéganographie, souvent utilisés pour protéger la propriété intellectuelle dans les formats numériques, pourraient être facilement compromis. Les algorithmes quantiques ont le potentiel de détecter et de retirer ces tatouages ou de révéler des données cachées, sapant à la fois la protection des droits d’auteur et les techniques de dissimulation sécurisée des données.

💡IA et Machine Learning : amis ou ennemis ?

Dans le cadre actuel de la cybersécurité, l’IA et le machine learning jouent de plus en plus le rôle de pivots qui favorisent la détection avancée des menaces (advanced threat detection), l’analyse en temps réel (real-time analytics) et les protocoles de réponse automatisés (automated response protocols). Leur compétence à analyser d’énormes ensembles de données (parsing enormous datasets), à reconnaître des modèles (recognizing patterns ) et à apprendre de ceux-ci rend ces technologies inestimables pour identifier des menaces connues et inconnues.

Par exemple, les algorithmes de machine learning passent au crible les journaux et le trafic réseau pour discerner un comportement anormal, déclenchant des alertes ou des actions automatisées, et atténuant ainsi les risques avant qu’ils ne se transforment en attaques à part entière.

Lorsque l’on considère l’avènement de l’informatique quantique, l’IA et le machine learning présentent des possibilités inquiétantes de synergie. Un domaine fascinant est celui des modèles de machine learning améliorés par le quantique. Les modèles de machine learning conventionnels nécessitent souvent une puissance de calcul importante pour la formation, ce qui constitue un obstacle pour les applications en temps réel dans le domaine de la cybersécurité. Cependant, l’informatique quantique peut accélérer considérablement ce processus, permettant le développement et le déploiement de modèles plus sophistiqués plus rapidement que jamais. Les implications pour la cybersécurité sont énormes. Non seulement les modèles d’IA améliorés par le quantique pourraient mieux prévoir les cyberattaques, mais ils pourraient également développer des contre-mesures plus efficaces, évoluant dynamiquement face à de nouvelles menaces complexes.

Cependant, cette union entre l’IA et l’informatique quantique n’est pas sans défis. Tout comme les algorithmes quantiques peuvent résoudre des problèmes complexes de manière plus efficace, ils pourraient également être utilisés pour perturber les mesures de cybersécurité basées sur l’IA. Imaginez un algorithme d’IA alimenté par le quantique conçu pour tester les vulnérabilités d’un système ; son efficacité et sa rapidité surpasseraient tout ce que les algorithmes d’IA actuels pourraient défendre. Cela signifie que la même technologie qui améliore l’efficacité de la détection et de la réponse aux menaces pourrait également être utilisée pour mener des attaques avec une vitesse et une complexité sans précédent.

De plus, l’IA et le machine learning sont souvent considérés comme des “black boxes”, leurs processus de prise de décision n’étant pas entièrement transparents. À mesure que nous intégrons l’informatique quantique dans ces systèmes, cette opacité pourrait augmenter, rendant de plus en plus difficile de comprendre la logique derrière des mesures de sécurité spécifiques ou leur absence. Dans un domaine où la responsabilité et la traçabilité sont primordiales, c’est une préoccupation significative.

Cette discussion cherche à présenter une vue équilibrée, illustrant que si l’IA et le machine learning pourraient être immensément bénéfiques en termes de cybersécurité, ils introduisent également de nouvelles couches de risque qui doivent être gérées avec soin. Par conséquent, à mesure que nous progressons, les stratégies de cybersécurité doivent évoluer pour inclure non seulement des algorithmes résistants au quantique, mais aussi des frameworks d’IA et du machine learning conscients des possibilités du quantique.

En conclusion, l’informatique quantique présente une dichotomie fascinante dans le monde de la cybersécurité. D’un côté, elle ouvre la voie à des avancées incroyables comme une détection des menaces plus rapide et des méthodes de cryptage presque invincibles. De l’autre, elle soulève des questions sérieuses sur les vulnérabilités qu’elle pourrait exposer dans les architectures de sécurité existantes.

Face à cette dualité, il est judicieux de considérer une approche multifacette pour se préparer à l’ère quantique. Investir dans la recherche pour des algorithmes résistants au quantique est une démarche prudente pour ceux qui cherchent à rester à la pointe de la technologie. De même, les collaborations interdisciplinaires peuvent aider à formuler des solutions plus résilientes, en intégrant des connaissances issues de l’informatique quantique, de l’IA et de la cybersécurité.

À mesure que l’IA et l’apprentissage automatique s’entremêlent davantage avec l’informatique quantique, un besoin de plus grande transparence se fait également sentir. Bien que ces technologies recèlent un immense potentiel, comprendre leurs limitations et leurs vulnérabilités est essentiel pour les appliquer de manière responsable dans des contextes de sécurité.

N’oublions pas non plus le rôle de la sensibilisation et de l’éducation. À mesure que les technologies quantiques s’intègrent de plus en plus dans notre vie quotidienne, il deviendra de plus en plus important de disposer d’une population qui comprend, même à un niveau basique, les enjeux en matière de sécurité et de confidentialité.

La relation entre l’informatique quantique et la cybersécurité est complexe et en évolution rapide. Les opportunités et les défis continueront à progresser en parallèle, faisant de ce domaine un secteur à la fois passionnant et important pour l’innovation et la mise en œuvre. C’est une histoire dans laquelle nous sommes tous partie prenante, et qui continuera sans aucun doute à captiver ceux qui s’intéressent à l’avenir de la technologie et de la sécurité.

Sources:

MIT Technology Review – Quantum Computing Section

https://www.technologyreview.com/topic/computing/quantum-computing/

An Introduction to Post-Quantum Public Key Cryptography

https://www.infoq.com/articles/post-quantum-cryptography-introduction/

ArXiv.org – Quantum Computing Section

https://arxiv.org/list/quant-ph/new

Journal of Cryptology

https://www.springer.com/journal/145

Nature – Quantum Information

https://www.nature.com/subjects/quantum-information

IBM Research – Quantum Computing

https://research.ibm.com/quantum-computing

Microsoft Quantum Research

https://www.microsoft.com/en-us/research/research-area/quantum-computing/

Demandez à être contacté