Notre solution - Les Oies du Cyber

Les cybermenaces dans le cloud

Novembre 2023

Alors que le cloud computing devient une nécessité, les entreprises font face à des opportunités et des défis. La transformation numérique a inauguré une nouvelle ère où les données sont le nouveau pétrole (brut) et le cloud computing en est la raffinerie. Bien que le passage au cloud offre une évolutivité, une agilité et un rapport coût-efficacité sans précédent, il élargit également le panorama des menaces. Contrairement aux systèmes traditionnels sur site, les environnements cloud fonctionnent sur un modèle de sécurité partagée qui multiplie les responsabilités, incluant le fournisseur de services cloud et le client. Ceci entraîne de nouvelles opportunités pour des cybercriminels.

À mesure que les entreprises adoptent des stratégies cloud et intègrent des services tiers, elles s’exposent à une nouvelle catégorie de menaces : les menaces tierces dans le cloud. Il ne s’agit pas simplement d’attaques opportunistes, mais de campagnes bien orchestrées visant à exploiter les relations complexes entre une entreprise et ses fournisseurs cloud. Les attaquants savent qu’en compromettant un seul fournisseur de services, ils peuvent obtenir un accès non autorisé aux données de multiples clients, amplifiant ainsi l’échelle et l’impact de leurs activités.

En comprenant ces dynamiques complexes, nous pouvons commencer à formuler des stratégies aussi à la hauteur des défis auxquels nous sommes confrontés. Cet article vise traiter des connaissances et des outils nécessaires pour faire face à cette situation compliquée, en exploitant des technologies de pointe telles que l’Intelligence Artificielle, la Blockchain et la Technologie Quantique, ainsi que des approches de réflexion innovantes comme le Design Thinking, le Systems Thinking, et l’Algorithmic Business Thinking.

📚 Fondamentaux du cloud computing et problèmes techniques essentiels

Le cloud computing a irrévocablement transformé la manière dont les entreprises fonctionnent, en permettant des solutions évolutives, flexibles et bons marché pour le stockage, le traitement et la gestion des données. Par nature, le cloud computing repose sur la fourniture de services informatiques via Internet, englobant des serveurs, du stockage, des bases de données, des réseaux, des logiciels et des analyses, parmi d’autres fonctionnalités. Sous-jacent à cette fourniture de services se trouvent des architectures complexes telles qu’Infrastructure as a Service (IaaS), Platform as a Service (PaaS) et Software as a Service (SaaS), chacune avec ses exigences de sécurité et ses vulnérabilités.

Cependant, le passage au cloud computing expose également les organisations à un ensemble de risques techniques. L’un des problèmes principaux est la sécurité des données et le chiffrement, en particulier lorsque les données transitent entre le cloud et l’utilisateur final ou lorsqu’elles sont stockées dans l’environnement cloud. L’adoption de modèles de mutualisation dans le cloud implique que plusieurs clients partagent les mêmes ressources, augmentant le risque de fuites de données ou d’accès non autorisé.

Une autre préoccupation majeure est la conformité et les problèmes juridiques associés aux données résidant dans différentes juridictions. Ces complexités législatives obligent les organisations à être extrêmement attentives à l’endroit où leurs données sont stockées et à la manière dont elles sont sécurisées, en raison des différentes réglementations sur la protection des données selon les pays.

 De plus, le cloud computing introduit des défis dans le contrôle d’accès et la gestion des identités. La nature hautement accessible du cloud facilite un accès non autorisé si elle n’est pas correctement contrôlée. Par conséquent, des mécanismes d’authentification robustes sont non négociables dans un environnement cloud.

Enfin, la nature distribuée des services cloud amplifie les complexités autour de la sécurité du réseau. Les organisations doivent se prémunir non seulement contre les menaces externes mais également contre les menaces internes qui pourraient résulter d’API (Application Programming Interfaces) mal configurées ou non sécurisées.

📚 Les 5 principales menaces pour la sécurité du cloud et comment les atténuer

À mesure que le cloud computing devient une base de l’environnement de travail, ses vulnérabilités deviennent de plus en plus des cibles attractives pour les cybercriminels. Les avantages en termes de productivité et de capacités de travail à distance vont avec une augmentation des risques de sécurité. Voyons les menaces les plus courantes et des mesures stratégiques pour les atténuer.

1. Accès non autorisé aux données

L’accès non autorisé demeure le principal risque pour la sécurité du cloud, impliquant le fait que des individus non autorisés accèdent aux données, aux réseaux et aux applications de l’entreprise. Ce problème découle souvent de contrôles d’accès inappropriés et de l’utilisation détournée des identifiants des employés.

Conseils d’atténuation

  • Mettez en place des politiques de gestion d’accès robustes couplées à des solutions de sécurité.
  • Centralisez les comptes utilisateurs avec une surveillance en temps réel.
  • Utilisez des journaux et une surveillance des événements pour toute modification et activité non autorisées.

2. Attaques par Déni de Service Distribué (DDoS)

Les attaques DDoS sur l’infrastructure cloud peuvent paralyser une organisation en refusant aux utilisateurs légitimes l’accès aux services en ligne.

Conseils d’atténuation

  • Maintenez une bande passante supérieure aux usages classiques.
  • Scannez régulièrement les vulnérabilités du système et mettez en place les contrôles de sécurité nécessaires.
  • Ayez à disposition une connexion Internet de secours avec un pool IP séparé.

3. Mauvaise configuration

De nombreuses entreprises souffrent de mauvaises configurations, souvent causées par des menaces internes et des contrôles d’accès inadéquats.

Conseils d’atténuation

  • Familiarisez-vous avec les offres de votre fournisseur de services cloud, y compris leurs fonctionnalités de sécurité intégrées.
  • Réalisez des audits réguliers pour identifier les mauvaises configurations.
  • Optez pour des solutions de sécurité cloud complètes offrant la détection des menaces et la prévention des intrusions.

4.Fuites de données et violations de données

Les fuites et les violations de données se produisent lorsque des données sensibles sont perdues, généralement à cause de mesures de sécurité inadéquates ou de menaces internes.

Conseils d’atténuation

  • Chiffrez les données sensibles stockées dans le cloud.
  • Restreignez les permissions d’accès aux données en fonction des rôles.
  • Sensibilisez le personnel pour prévenir les fuites de données involontaires.

5. API non sécurisée

Les APIs sont devenues essentielles pour rationaliser les processus du cloud computing mais posent souvent un risque pour la sécurité si elles ne sont pas correctement sécurisées.

Conseils d’atténuation

  • Mettez en œuvre des politiques d’authentification et d’autorisation complètes.
  • Utilisez des pare-feu d’application Web spécifiques aux APIs basées sur le cloud.
  • Choisissez des APIs sécurisées

📚 La mécanique des menaces tierces dans le cloud

La mécanique des menaces tierces dans le cloud, explorée à travers le Systems Thinking, met en évidence l’importance d’une approche globale.

Pour contrer efficacement les menaces, il est crucial de comprendre le modus operandi des cybercriminels qui ciblent les environnements cloud. Alors qu’une compréhension superficielle pourrait amener à considérer ces attaques simplement comme des versions avancées de menaces traditionnelles en matière de cybersécurité, elles diffèrent fondamentalement sur de nombreux aspects.

Les modèles de sécurité traditionnels se concentrent souvent sur la protection des périmètres du réseau d’une organisation. Cependant, les environnements cloud n’ont que rarement de tels périmètres clairement définis. L’architecture du cloud est conçue pour l’accessibilité et la scalabilité, ce qui diffuse intrinsèquement les limites que les professionnels de la sécurité sont habitués à protéger. Il ne s’agit plus simplement de protéger une forteresse, mais plutôt de sécuriser un ensemble avec de multiples points d’entrée et de sortie.

C’est ici que le Systems Thinking s’avère inestimable. Il offre un prisme à travers laquelle nous pouvons voir l’ensemble de l’écosystème plutôt que des parties isolées, en tenant compte des interactions complexes entre différents acteurs et éléments au sein de la cybersécurité. Le Systems Thinking nous encourage à explorer comment les vulnérabilités dans un domaine peuvent entraîner des défaillances à l’échelle du système, provoquant une réaction en chaîne de violations de la sécurité. Par exemple, la compromission d’une seule interface de programmation d’application (API) peut fournir à un acteur malveillant la capacité de se déplacer latéralement à travers le réseau, impactant plusieurs services et, par extension, plusieurs clients.

En adoptant une perspective de Systems Thinking, nous pouvons identifier ces interdépendances et concevoir des mesures de sécurité plus globales. Cette approche ne concerne pas seulement les solutions techniques, mais aussi la compréhension des éléments humains, tels que le comportement des utilisateurs et la culture organisationnelle, qui jouent un rôle significatif dans l’équation de la sécurité.

📚Comment les fournisseurs de services peuvent-ils devenir un point faible ?

Un domaine souvent sous-estimé de la vulnérabilité est la confiance établie avec les fournisseurs de services cloud. La confiance n’est pas seulement une question abstraite mais constitue un aspect intégral de l’architecture de la sécurité du cloud. Des méthodes conventionnelles telles que les protocoles de Secure Socket Layer (SSL) et de Transport Layer Security (TLS), ainsi que les politiques d’Identity and Access Management (IAM), sont couramment utilisées pour protéger les données et contrôler l’accès au sein de l’environnement cloud.

Cependant, ces mécanismes standard peuvent être rendus inefficaces si le fournisseur de service lui-même est compromis. Considérons un scénario hypothétique impliquant un fournisseur de services cloud qui utilise un système d’orchestration de conteneurs, tel que Kubernetes. Ici, la surface d’attaque inclut non seulement les applications conteneurisées mais s’étend également aux clusters Kubernetes et au plan de contrôle qui administre ces clusters. Un attaquant ayant un accès privilégié à ce plan de contrôle pourrait orchestrer des actions à travers plusieurs clusters, affectant ainsi de nombreuses organisations clientes qui dépendent de la même infrastructure cloud.

Un tel événement n’est pas purement théorique. Il y a eu des cas où des attaquants ont exploité l’infrastructure d’un fournisseur de logiciels de confiance pour distribuer des mises à jour malveillantes à un grand nombre d’organisations clientes, provoquant un effet domino de violations de la sécurité à travers divers secteurs. Dans ces cas, la confiance investie dans le fournisseur de services a servi de point de défaillance unique, entraînant un effet d’entraînement de compromissions.

📚 Mesures de sécurité pilotées par l’IA

L’Intelligence Artificielle a profondément remodelé le paysage de la cybersécurité en fournissant des capacités avancées en matière de détection, de prévention et de réponse aux menaces. Grâce à des algorithmes d’apprentissage automatique, les systèmes d’IA peuvent analyser de vastes ensembles de données, identifier des modèles et signaler des anomalies en temps réel. Les capacités vont au-delà de la simple détection ; les modèles d’apprentissage automatique peuvent également prédire des menaces potentielles futures sur la base de données historiques, permettant ainsi des mesures de sécurité proactives.

L’Algorithmic Business Thinking complète l’IA en fournissant un cadre pour intégrer des algorithmes axés sur les données dans les processus décisionnels stratégiques en matière de cybersécurité. Alors que les stratégies de sécurité traditionnelles s’appuient souvent sur des modèles d’analyse et une intervention manuelle, l’Algorithmic Business Thinking favorise une approche plus dynamique et adaptative. Il encourage l’intégration de modèles algorithmiques capables de passer au crible des ensembles de données multidimensionnels pour identifier non seulement des menaces mais aussi des opportunités pour améliorer la posture de sécurité. Par exemple, un algorithme d’IA pourrait prioriser la correction des vulnérabilités les plus susceptibles d’être exploitées, sur la base d’un modèle d’évaluation des risques à facteurs multiples.

La synthèse des mesures de sécurité pilotées par l’IA et l’Algorithmic Business Thinking est une force pour faire face à des problématiques de cybersécurité de plus en plus complexe. En permettant des décisions plus rapides et éclairées, cette synthèse offre une base solide pour se défendre contre l’évolution de la nature des menaces tierces dans le cloud. Des algorithmes d’IA avancés permettent également l’utilisation de méthodes cryptographiques adaptées au quantique, garantissant que les mesures de sécurité sont non seulement efficaces contre les menaces d’aujourd’hui mais aussi préparées pour les défis d’un monde post-quantique.

L’authentification basée sur la blockchain enrichit davantage cette stratégie en garantissant que chaque transaction et activité de l’utilisateur est consignée dans un registre immuable, ce qui non seulement renforce la sécurité mais facilite également la conformité à des réglementations telles que le RGPD. Dans l’ensemble, cette approche prône une stratégie de cybersécurité plus cohérente, agile et à l’épreuve du futur.

📚 Authentification basée sur la blockchain et le paradigme quantique

La technologie de la blockchain améliore les processus d’authentification en créant un registre décentralisé, transparent et immuable pour les transactions. Contrairement aux systèmes d’authentification centralisés traditionnels, qui sont susceptibles de points de défaillance uniques, la blockchain renforce ainsi la sécurité. Ses fonctions cryptographiques garantissent qu’une fois une transaction enregistrée, elle ne peut être ni modifiée ni supprimée. Cela non seulement renforce la fiabilité du processus d’authentification, mais facilite également la conformité à diverses réglementations.

La technologie quantique a le potentiel de révolutionner les méthodes de chiffrement, offrant un niveau de sécurité des données sans précédent. Alors que les algorithmes de chiffrement classiques sont de plus en plus vulnérables aux avancées techniques, le chiffrement quantique exploite les principes de la mécanique quantique pour créer des codes théoriquement inviolables. Même si l’informatique quantique elle-même présente une menace pour les techniques de chiffrement existantes, le développement d’algorithmes résistants au quantique nous prépare à cette éventualité. La distribution quantique de clés (QKD), par exemple, permet à deux parties de produire une clé secrète aléatoire partagée, qui peut être utilisée pour chiffrer et déchiffrer des messages et qui est invulnérable aux attaques basées sur le calcul. Ces méthodes quantiques fournissent non seulement une sécurité accrue, mais assurent également que les mesures de cybersécurité restent résilientes face aux avancées technologiques futures.

📚 Meilleures pratiques pour atténuer les menaces tierces dans le cloud

Le Design Thinking est une approche efficace pour élaborer des solutions de cybersécurité, car il met l’accent sur l’empathie, la réflexion collaborative et la résolution de problèmes itérative adaptée aux besoins des utilisateurs finaux. L’application de cette approche à la cybersécurité donne des informations exploitables sur les vulnérabilités et les besoins des différentes parties prenantes au sein de l’écosystème de l’informatique en nuage. En utilisant des cartes d’empathie et des user stories, on peut identifier les domaines précis où des mesures de sécurité sont le plus nécessaires et procéder à la conception de solutions qui sont non seulement technologiquement robustes, mais également centrées sur l’utilisateur.

L’incorporation de l’IA dans ce processus de conception permet une détection et une réponse dynamiques aux menaces, permettant des mesures de sécurité adaptatives qui évoluent avec les menaces émergentes. La capacité d’analyse prédictive de l’IA aide à anticiper les attaques, tandis que ses algorithmes d’apprentissage automatique se mettent constamment à jour en fonction des nouvelles données, garantissant ainsi que les solutions de sécurité restent à la pointe de la technologie.

La blockchain renforce davantage ces stratégies en offrant un processus d’authentification fiable, renforçant ainsi les mesures de sécurité mises en place. La nature décentralisée de la blockchain atténue le risque d’un point de défaillance unique, fortifiant ainsi les mécanismes d’authentification.

Des méthodes de chiffrement résistantes au quantique peuvent être intégrées pour garantir la viabilité à long terme de ces protocoles de sécurité. À mesure que l’informatique quantique progresse, les algorithmes de chiffrement sur lesquels nous comptons vont devenir obsolètes. Se préparer à cette éventualité en incorporant des méthodes résistantes au quantique dès aujourd’hui préserve contre les défis cryptographiques de demain.

Collectivement, cette approche intégrée, imprégnée de Design Thinking, offre une solution globale pour atténuer les menaces tierces dans le cloud. En conjuguant les avancées technologiques avec une conception centrée sur l’utilisateur, elle crée une posture de cybersécurité résiliente qui est à la fois avancée et accessible.

📚 Les échelles du risque

Les enjeux de la sécurité du cloud sont élevés, avec des risques potentiels allant des dommages à la réputation aux pertes financières graves. Les violations de données, les accès non autorisés et les attaques par déni de service sont quelques-unes des manifestations de ces menaces, mais leurs implications vont au-delà de la simple perturbation opérationnelle immédiate. Les données compromises incluent souvent la propriété intellectuelle, les dossiers des clients, les informations financières et plus encore. Leur compromission peut avoir des effets néfastes durables sur l’activité de l’organisation et la confiance des consommateurs.

L’infrastructure informatique est tout aussi à risque, surtout compte tenu de la tendance vers les modèles Infrastructure as a Service (IaaS) et Platform as a Service (PaaS). Ici, une seule vulnérabilité peut se propager à travers de multiples services et utilisateurs, amplifiant ainsi la portée d’une attaque. Par exemple, une clé API compromise pourrait donner aux attaquants le contrôle sur des machines virtuelles entières, des systèmes de stockage ou des bases de données, permettant des extractions de données ou même des attaques de ransomware.

À mesure que les organisations continuent de déplacer davantage de services et de données vers le cloud, les types de données sensibles exposées se diversifient. Dans des secteurs hautement réglementés comme la santé et la finance, la violation de données personnelles ou sensibles peut entraîner de lourdes amendes réglementaires, sans parler de la perte de confiance des clients qui peut avoir des conséquences durables.

Par la connaissance de ces risques, les organisations peuvent mieux prioriser leurs mesures de sécurité, en se concentrant sur les actifs les plus vulnérables et critiques.

📚 L’impératif d’une approche multi-facettes

Le contexte de la sécurité du cloud est complexe et évolue rapidement, nécessitant une approche multi-facettes qui exploite des technologies avancées et des cadres de réflexion innovants. Alors que les solutions pilotées par l’IA offrent des capacités de détection des menaces en temps réel et prédictives, la technologie de la blockchain renforce le processus d’authentification, et le chiffrement résistant au quantique prépare les organisations aux défis de sécurité futurs. Combiner ces technologies avec le Design Thinking et le Systems Thinking assure que les solutions sont centrées sur l’utilisateur, adaptables et globales.

Pourtant, la technologie et les cadres ne sont qu’une partie de l’équation. L’élément humain, en particulier sa formation continue, demeure crucial. La cybersécurité n’est pas une configuration unique, mais un processus continu qui nécessite une vigilance constante. Former les employés sur les derniers vecteurs de menace, les comportements en ligne sûrs et les bonnes pratiques en matière de sécurité du cloud peut considérablement atténuer le risque d’erreur humaine, qui demeure l’une des causes les plus courantes de violation de la sécurité. La formation continue garantit que, à mesure que de nouvelles technologies et menaces émergent, les composants humains de l’écosystème de sécurité peuvent s’adapter efficacement, rendant ainsi la sécurité de l’organisation aussi dynamique et résiliente que possible.

Source

MIT Technology Review, Human-plus-AI solutions mitigate security threats:

https://www.technologyreview.com/2023/08/10/1077088/human-plus-ai-solutions-mitigate-security-threats/

Forbes, The State Of Cloud Data Security In 2023:

https://www.forbes.com/sites/davidbalaban/2023/07/18/the-state-of-cloud-data-security-in-2023/

Harvard Business Review, Today’s Cyber Threats Require Modern Cloud Network Security:

https://hbr.org/sponsored/2023/06/todays-cyber-threats-require-modern-cloud-network-security

ENISA, Cloud Cybersecurity Market Analysis:

https://www.enisa.europa.eu/publications/cloud-cybersecurity-market-analysis

Demandez à être contacté